Travaux RCE

Travaux de Restauration de la Continuité Ecologique (RCE)

 

Un cours d'eau dont la continuité écologique est assurée est un cours d'eau ou les poissons peuvent circuler librement afin d'assurer leur cycle biologique et ou les sédiments peuvent transiter d'amont vers l'aval.

De nos jours, de nombreux obstacles empêchent cette continuité écologique et peuvent provoquer de multiples désordres :

  • Inaccessibilité des zones de reproduction et/ou de croissance pour les poissons migrateurs (Anguilles, lamproies, saumons, etc.)
  • Dysfonctionnement de la dynamique du cours d'eau : la rivière est un milieu évolutif qui doit pouvoir maintenir un fonctionnement hydromorphologique optimal (les zones d'érosion et les zones de dépôt de sédiments sont des procesus naturels et normaux dans la vie d'un cours d'eau).

 

Après une longue période d'étude en collaboration avec les propriétaires d'obstacles à la continuité écologique sur la Saye et le Lary, deux projets doivent voir le jour dès cet été sur la Saye.

Il s'agit du barrage de prise d'eau du moulin de Bernon sur la commune de St Mariens et du barrage de l'étang de la Baraque à St Yzan de Soudiac. Ces deux ouvrages constituent actuellement deux barrages en travers du lit de la Saye. 

Barrage Moulin Bernon _ St MariensBarrage du moulin de Bernon à St Mariens

Barrage Etang Baraque_St YzanBarrage de l'étang de la Baraque à St Yzan de Soudiac

Afin de restaurer la continuité écologique au droit de ces deux ouvrages, et à l'issu d'une phase d'étude complète intégrant de nombreux paramètres (analyses des usages des ouvrages, hydrologie du cours d'eau, topologie et bathymétrie des sites, modélisations hydrauliques, analyses de sédiments, étude géotechnique et paysagère pour le site de la Baraque, etc.), il est prévu d'effacer ces ouvrages constituant actuellement des obstacles complets à la continuité écologique.

Les travaux concernant le barrage du Moulin de Bernon vont consister en l'enlèvement de ce dernier et à protéger la berge en rive droite qui sera soumise à une forte érosion.

Concernant le site de la Baraque, le projet est plus complexe.

En effet, en enlevant le barrage, le niveau d'eau va automatiquement s'abaisser et menacer de destabiliser le pont de la route RD 250 situé en amont immédiat. Ce dernier est un pont voûte sur fondations en pieux bois. En abaissant la ligne d'eau, ces pieux bois seront exhondés et pourriront, entrainant une forte destabilisation du pont déjà en partie dégradé.

Pour cette raison, il est inclu dans le projet porté par le syndicat la deconstruction de ce pont. Les services du Département auront ensuite en charge la reconstruction de celui-ci.

Par ailleurs, pour répondre à une attente des élus locaux, le site va entièrement être réaménagé. L'étang va disparaitre au profit d'une prairie inondable favorable à la reproduction du brochet, la Saye sera réinstallée dans son lit d'origine et un projet de cheminement piétonnier et d'accueil du public va être mis en place.

Voici un croquis de l'aménagement futur :

Croquis aménagement Baraque Le public pourra ainsi découvrir cette zone naturelle à travers un cheminement naturel au coeur du site et découvrir ce dernier à l'aide de panneaux d'informations.

 

Pour ces deux projets, le syndicat assure la maitrise d'ouvrage. La maitrise d'oeuvre est confiée au bureau d'études AmEau Ingénierie qui s'est entouré d'une équipe pluridisciplinaire afin d'appréhender toutes les particularités de ce projet (Atelier RG Paysage et Lumière, Rivière Environnement, Cabinet BEFES, GeoAquitaine).

Par ailleurs, le syndicat a réuni une multitude de partenaires nécessaires dans la réussite de ce projet : la municipalité de St Yzan de Soudiac, le Conseil départemental de la Gironde, la DDTM de la Gironde, l'AFB, la fédération de pêche de la Gironde, l'AAPPMA du Goujon de Marcenais et surtout l'Agence de l'Eau Adour-Garonne.

En effet, ces projets s'inscrivent dans le cadre d'un appel à projet "Restauration de la Continuité Ecologique" lancé par l'Agence de l'Eau Adour-Garonne. A ce titre, l'ensemble du coût des deux projets (environ 400 000 € TTC) est financé à 100 % par l'Agence de l'Eau Adour-Garonne.

AEAG.jpg

Les travaux doivent donc débuter au début du mois d'Août 2018. Ils s'étaleront sur 10 semaines pour la réalisation des deux projets. A l'issu de ces travaux, le département interviendra pour la reconstruction du pont. Une déviation routière sera mise en place le temps des travaux.

Article Sud-Ouest du 03 juillet 2018 : 20180703_SudOuest

 

Date de dernière mise à jour : 03/07/2018